Au sujet de médicaments psychiatriques

La revue Prescrire en février 2013 publiait un article intitulé Pour mieux soigner : des médicaments à écarter dans lequel étaient listés, dans divers domaines de la santé, les principaux médicaments potentiellement plus dangereux qu’utiles à retirer du marché et, en attendant, à éviter autant que faire se peut. Trop de médicaments à balance bénéfices-risques défavorable sont commercialisés, estime la revue.

Voici les médicaments cités dans le domaine de la psychiatrie et du traitement de la dépendance.

  •  Selong la revue plusieurs médicaments contre la dépression seraient à retirer au vu du fait que les risques pourraient grandement dépasser les bénéfices et que des médicaments comportant moins de risque pourraient leur être préférés
  • L’agomélatine (Valdoxan), d’efficacité mise en doute, expose potentiellement à des troubles hépatiques, pancréatiques, musculaires et cutanés;
  • La duloxétine (Cymbalta) peut exposer à des atteintes hépatiques;
  • Le milnacipran (Ixel ou autre) peut exposer à une augmentation de troubles cardiaques et urinaires;
  • La tianeptine (Stablon) peut créer des dépendances et des atteintes hépatiques et cutanées;
  • La venlafaxine (Effexor LP ou autre) peut entrainer plus que d’autres antidépreseurs à des troubles cardiovasculaires.
  • D’autres psychotropes seraient aussi à retirer :
    • L’asénapine (Sycrest) reputée moins efficace que d’autres neuroleptiques dans le épisodes maniaques chez les personnes atteintes de trouble bipolaire, expose à des hypoesthésies buccales et à des hypersensibilités parfois graves;

    • L’étifoxine (Stresam), d’efficacité mal évaluée pour le cas d’anxiété, expose à des atteintes hépatiques. Autant préférer une benzodiazépine pour une durée la plus courte possible quand un anxiolytique est souhaitable;

    • Le méprobamate utilisé comme anxiolytique dans Kaologeais (en association, dans les troubles fonctionnels digestifs avec anxiété), et dans Precyclan (en association, dans le syndrome prémenstruel), expose à des effets indésirables cutanés et hématologiques sévères, et à des syndromes de sevrage. Autant préférer une benzodiazépine quand un anxiolytique est souhaitable.

  • Des médicaments commercialisés dans le sevrage tabagique devraient être à retirer car ils sont réputé comme n’étant pas plus efficaces que la nicotine et exposent à plus d’effets indésirables :
    • La bupropione (Zyban), un amphétaminique, peut exposer à des troubles neuropsychiques, des malformations cardiaques congénitales, des dépendances;

    • La varénicline (Champix) peut exposer à des suicides.

Advertisements

À propos de fsnelligan

Les Frères et Sœurs d’Émile-Nelligan est une association communautaire d’entraide, de promotion et de défense des besoins, des intérêts et des droits des personnes et groupes de personnes, vivant ou ayant vécu un épisode de désorganisation profonde, émotionnelle et comportementale.
Cette entrée a été publiée dans Uncategorized. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s